loader
Page header

Alimentation et précarité

Pour les personnes en situation de précarité, l'accès à une alimentation équilibrée peut s'avérer très complexe et ainsi impacter le capital santé. Le Grand Forum des Tout-Petits a mis en place une Groupe de Travail qui met à disposition des outils professionnels.

Les enjeux

Les populations en situation de précarité ont des difficultés à accéder à une alimentation équilibrée ce qui conduit à une diversité alimentaire moindre et une consommation de produits transformés et de boissons sucrées importante et plus forte que dans des populations plus aisées. Ceci est particulièrement notable sur la consommation de fruits et légumes, nettement inférieure aux recommandations journalières. Or un déséquilibre alimentaire, notamment dans la petite enfance peut entraîner de nombreuses carences et augmenter significativement le risque d’obésité et de diabète1.

 

Les chiffres

« 1 enfant sur 2 mange des frites une fois par semaine » selon une étude de TNS Sofrès relayée par le Journal des femmes en juillet 2013.

L’étude révèle que plus de la moitié des repas des 4-36mois ne contient aucun légume. Une alimentation peu équilibrée qui n’est pas adaptée aux besoins spécifiques des tout-petits.

« Un bébé de 8 mois  a besoin de 250 % d’énergie en plus qu’un adulte de 45 ans et doit manger proportionnellement 6,5 fois plus pour couvrir ses besoins spécifiques ! », explique l’étude.

Vers l’âge de 12 mois, on observe le plus gros changement lors du passage à table, en famille. « Un changement d’habitudes préjudiciable à la bonne croissance des tout-petits qui mangeraient en une semaine la dose de fruits et de légumes recommandée par jour.« 

Notre Groupe de Travail

On estime que chaque année environ 110 000 enfants naissent sous le seuil de pauvreté en France2. Ces familles en situation de précarité, souvent monoparentales, vivent parfois dans des conditions de vie très précaires qui combinent notamment horaires de travail décalés, absence de matériel de cuisine et contraintes financières importantes.

Notre groupe de travail, constitué de professionnels de santé, a pour objectif de sensibiliser aux enjeux autour de l’alimentation au cours de la période des 1000 premiers jours de vie et de donner des clés pour aider les professionnels à mieux transmettre les messages essentiels. Et ce, en tenant compte de la diversité des personnes en situation de précarité et/ou de grande vulnérabilité qu’ils accompagnent.


1 ANSES, Disparités socioéconomiques et apports alimentaires et nutritionnels des enfants et des adolescents, Rapport d’études, décembre 2012

2 Programme MALIN http://programme-malin.com/presse/decouvrir-malin/malin/