loader
Page header

Activité physique pendant la grossesse

Durant la grossesse, sauf contre-indication médicale, il est recommandé que les futures mères pratiquent une activité physique régulière. Cela améliore leur condition physique générale et réduit le risque de diabète gestationnel.

Pourquoi réaliser une activité physique pendant la grossesse ?

L’activité physique pendant la grossesse est bénéfique à la fois pour la mère et pour l’enfant à naître. En effet, celle-ci permet de se maintenir en bonne santé. C’est aussi l’occasion de se relaxer et d’améliorer la qualité son sommeil parfois difficile pendant cette période.

Une activité physique faible à modérée est également bénéfique pour l’après grossesse car elle contribue à muscler la zone abdominale et facilite alors la récupération fonctionnelle du périnée suite à l’accouchement.

Pratiquée dès le début de la grossesse elle permet d’éviter une prise de poids excessive et de réduire les risques de diabète gestationnel*.

* Le diabète gestationnel

Le diabète gestationnel est le diabète chez la femme enceinte qui devient diabétique lors de la grossesse. Tout comme le diabète « classique », il se traduit par un excès de taux de sucre dans le sang et il est détecté par des analyses réalisées lors des rendez-vous de santé de grossesse (soit au moment de la déclaration de grossesse, soit au cours du 6ème mois). Lorsque celui-ci est dépisté, une alimentation équilibrée est conseillée par le professionnel de santé. Souvent, ce diabète disparaît après l’accouchement.

L’activité physique permettant de limiter une prise de poids trop importante est une condition favorable pour ne pas développer un diabète gestationnel.

En l’absence de contre-indication médicale, il est recommandé que de pratiquer une activité physique d’intensité modérée (marche, natation…), d’environ 30 minutes plusieurs fois par semaine pour les femmes qui pratiquaient déjà un sport. Pour celles qui étaient peu ou pas actives avant leur grossesse, il est préférable de commencer par 15 minutes par jour, au moins 3 jours par semaine et d’augmenter progressivement le temps d’activité. Quel que soit l’activité choisie, il est important de prendre conseil auprès de son professionnel de santé et de privilégier la régularité plutôt que l’intensité.

Enceinte, les activités à haut risque de chutes (équitation, ski, vélo, skate, roller, etc.) ou de choc sur le ventre (sports de combat, port de charges lourdes, etc.), ou encore la plongée, sont généralement contre-indiquées dès le début de la grossesse. Tout au long de cette période, il est important de privilégier une activité douce d’endurance, qui ne fait pas souffrir le corps.

De manière générale, il est recommandé de limiter la sédentarité, en réduisant le temps quotidien passé en position assise ou allongée lorsque ce n’est pas nécessaire, ainsi qu’en marchant quelques minutes si l’on reste assise plus de deux heures d’affilées par exemple.